top of page
  • terresinspirees

Energie : optimiser la performance environnementale de son logement

Dernière mise à jour : 10 déc. 2023








ISOLER SA MAISON (1)


Prioritée au toit


Entre 25 % et 30 % de la chaleur perdue est souvent le fait d’une toiture mal isolée (2). Pour conserver la chaleur, isolez directement les combles (toit ou plancher). S’agissant des matériaux, privilégiez la laine de verre à faible conductivité. La ouate de cellulose ou le chanvre, matériaux respectivement recyclé et biosourcé, sont des alternatives efficaces.


Les murs


Bien qu’onéreuse, cette isolation est vraiment efficace pour réduire sa consommation énergétique : entre 20 % et 25 % (1) des pertes de chaleur en moyenne sont dues aux murs. Le choix de l’isolation se fait en fonction de vos contraintes et de votre budget.


  1. L’isolation par l’intérieur

  2. L’isolation par l’extérieur : Plus efficace, car éliminant davantage de ponts thermiques, l’isolation par l’extérieur n’impacte pas la surface habitable de votre logement. Néanmoins, elle modifie l’aspect extérieur de votre maison ou immeuble, demande un solide savoir-faire et coûte cher.


Les fenêtres


Les économies d’énergie liées au remplacement des fenêtres oscillent entre 10 % et 15 % (1). En revanche, le gain en confort est considérable quand on passe du simple au double vitrage performant.

  • Le triple vitrage convient aux fenêtres exposées au nord.

  • Ailleurs, le double vitrage suffit, d’autant qu’il laisse mieux passer le soleil.

  • En attendant d’investir dans un double vitrage performant, vous pouvez coller un film plastique sur des fenêtres à simple vitrage.


Isolation • Les bons réflexes
  • Ne lésinez pas sur l’épaisseur et la densité de l’isolant. En cas de budget serré, privilégiez toujours l’épaisseur : mieux vaut un isolant économique plus épais qu’un isolant onéreux plus fin ou plus écologique.

  • À épaisseur égale (autour de 40 cm pour les combles, de 14 à 18 cm pour les murs), privilégiez la résistance thermique (symbole R sur l’étiquette) la plus élevée et la conductivité (symbole λ) la plus faible (0,03 ou 0,04 watt par mètre-Kelvin).

  • Une bonne isolation exige une bonne ventilation. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) régule le débit d’air en fonction de l’humidité du logement et le réduit pendant vos absences. Elle est indispensable : isoler sans se soucier de la ventilation expose à de graves désordres, à commencer par l’apparition de moisissures qui dégradent les murs et la qualité de l’air intérieur.



(1) Source : Que Choisir + d'infos

(2) Source : Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).


 

CHOISIR LE MEILLEUR SYSTÈME DE CHAUFFAGE


Le chauffage représente le premier poste de consommation du secteur bâtiment. Le choix d’un mode de chauffage performant sur les plans technique, économique et environnemental est donc crucial pour réduire les consommations énergétiques.

Une comparaison des émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie en phase d’utilisation des différents systèmes de chauffage a été réalisée sur deux types de maisons par l'ADEME.


Cette approche permet de donner une première idée des performances environnementales dans le neuf et l’existant des différentes énergies de chauffage, en France.


Elle est toutefois partielle et doit être complétée d’une analyse plus approfondie des impacts environnementaux de chaque système de chauffage non seulement en fonctionnement mais tout au long de son cycle de vie (de la fabrication à la fin de vie).


En fonctionnement, les systèmes de chauffage utilisant des énergies renouvelables sont plus performants en termes d’émissions de CO2 que les systèmes à combustion utilisant des énergies fossiles. Plus la part d'EnR utilisée augmente, moins le système émet de CO2 en utilisation.

   

Figure 1 - comparaison des émissions de CO2 annuelles selon le mode de chauffage et d’eau chaude sanitaire dans une maison neuve en France, source ADEME – base carbone, mai 2014



Figure 2 - comparaison des émissions de CO2 annuelles selon le mode de chauffage dans une maison « ancienne », source ADEME, mai 2014

Source : Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). + d'infos


 

PILOTER SON SYSTÈME DE CHAUFFAGE

Jusqu’à 15 % d’économies d’énergie avec un thermostat connecté, installé sur vos radiateurs électriques.

  

Exemple : Thermostats VOLTALIS



  • Installation gratuite d'un thermostat connecté composé de petits boîtiers reliés à chacun de vos radiateurs électriques.

  • Vous disposez d’une application mobile pour suivre votre consommation et piloter vos radiateurs à distance

  • En cas de déséquilibre sur le réseau électrique, Voltalis peut agir en réduisant temporairement la consommation de ces appareils, sans impact sur votre confort.

  • Vous faites des économies d’énergie tout en contribuant à réduire les émissions de CO2 et à la sécurité de notre système électrique.

Pourquoi c’est gratuit ?

Les coûts des thermostats, d’installation, de maintenance et les services associés sont tous pris en charge par Voltalis.

Pourquoi ? Parce que Voltalis est déjà rémunérée par le système électrique pour sa participation à sa stabilité et à sa sécurité.


Lors des pics de consommations, lors d’une baisse de production des énergies renouvelables ou d’un autre aléa, le système électrique doit compenser pour maintenir son équilibre, généralement en activant des centrales à énergies fossiles, polluantes et coûteuses.


À ces moments, Voltalis permet au système électrique d’éviter le recours à ces centrales, donc de limiter les coûts et les émissions de CO2.


(1) Source : Voltalis. + d'infos.


 

CHOISIR UN FOURNISSEUR D'ELECTRICITE VERTE


Exemple : comparaison entre EDF et Enercoop (1)

 

Mix énergétique de chaque fournisseur :


  • EDF en 2022


Figure 1 : Mix energétique EDF en 2022 (source EDF)



  • ENERCOOP en 2022

Figure 2 : Mix énergétique Enerccoop en 2022 (Source Enercoop)


Taux d'émission de CO2 moyen du mix énergétique de chaque fournisseur :


Pour être exact, le taux d'émission moyen de CO2 d'un mix énergétique doit tenir compte du cycle complet de vie des moyens production et des combustibles. Malgré nos recherches, nous n'avons pas trouvé cette information pour chacun des deux fournisseurs.


Nous avons donc fait notre propre calcul en additionnant, pour les deux fournisseurs, le taux de d'émission de CO2 de chaque énergie pondéré par sont % dans chacun des mixs.


Figure 3 (1) : Emission de CO2 des différentes technologies de production électriques, prenant en compte leur cycle de vie, en comparaison avec les émissions moyennes des mix électriques français (EDF) et européens.


Source énergétique

Emission de CO2 en G/kWh

% dans le mix EDF

Emission de CO2 pondéré en G/kWh

% dans le mix Enercoop

Emission de CO2 pondéré en G/kWh

Nucléaire

16

66.6

10.65

0


Gaz

469

13.7

64.25

0


Charbon

1001

4.9

49.05

0


Pétrole et autres fossiles

840

1.1

9.24

0


Hydraulique

4

6

0.24

20

0.8

Eolien

12

7.7

0.77

54

6.48

Solaire

48



25

12

Biomasse

18



1

0.18


TOTAL

100

134.2

100

19.38


D'après nos calculs pondérés (Terres Inspirées), le mix Enercoop emettrait donc près de 7 x moins de CO2 que celui d'EDF en 2022.


L'écart constaté avec les données sur le mix français dans la figure 3 peut s'expliquer par la crise de maintenance des centrales nucléaires subit en 2022, ayant nécessité un recours accru aux autres sources d'énergie. Cette situation n'ayant que peu de chances de s'améliorer à court terme, nos calculs devraient restés pertinents.


Enercoop est, de plus, labllisé Vertvolt “très engagé” par l’ADEME, car il fournit une électricité issue à 100 % de petites productions françaises.



LE MEILLEUR CHOIX

   

Si vous désirez réduire votre empreinte carbone en diminuant vos émissions de gaz à effet de serre, Enercoop est sans conteste un meilleur choix pour un surcoût modeste voir nulle depuis la récente crise energétique (2022).

   

Cependant, sachez qu’il existe une quarantaine de fournisseurs d’énergie en France, et certains proposent des offres d'électricité et de gaz de ville plus intéressantes.


 

PRODUIRE SA PROPRE ELECTRICITE



En tenant compte du taux d'emission de CO2 sur tout le cycle de vie d'un équipement (Figure 3 ci-dessus) et de la faisabilité de l'installation chez un particulier, la seule option sérieuse à étudier est celle des panneaux solaires photovoltaïques

Avec un taux d'emission de CO2 de 48 gCO2 / kWh, une production électrique photovoltaïque a une performance environnementale près de 3x meilleure que le mix EDF proposé en 2022 (134.2 gCO2 / kWh).


Mais si l'on compare au mix proposé par Enercoop (19.38 gCO2 / kWh) alors la production électrique photovoltaïque a une performance environnementale 2 x moindre.


De ce fait, pour des raisons purement environnementales, à ce jour, une installation individuelle ne parait pas pertinente si l'on a déjà fait le choix d'un fournisseur d'electricité verte.


Ce choix peut cependant s'avérer pertinent pour des raisons d'indépendance énergétique et de rentabilité financière qui feront certainement l'objet d'un futur article Terres Inspirées.









50 vues0 commentaire

Comments


bottom of page